Le contexte local

Le projet se situe dans le district de Gaya, au sud de l’Etat du Bihar, dans le nord est de l’Inde.

Cette région se trouve dans la plaine du Gange, zone fortement peuplée et très riche culturellement mais malheureusement beaucoup moins bien dotée économiquement. L’Etat fut notamment le lieu de naissance de deux religions, le bouddhisme et le jaïnisme, ainsi qu’un grand centre de culture et d’éducation pendant de nombreux siècles (cf. université de Nalanda). C’est également depuis le Bihar que le plus grand empire des Indes, celui des Maurya, se construisit (cf. Ashoka) ; ou encore de là que Gandhi mena les premières révoltes paysannes au début du XXe siècle…

Le projet se situe à quelques kilomètres de plusieurs lieux fondateurs du bouddhisme dont le plus proche, Bodh-Gaya, est l’endroit où le Bouddha a atteint l’ « Eveil » il y a 26 siècles. Le Dalaï Lama s’y rend d’ailleurs en visite chaque année.

Mais une fois le lyrisme d’un glorieux passé évoqué, le tableau que nous offre la situation actuelle est beaucoup moins enchanteur…

Aujourd’hui le Bihar est l’un des Etats les plus pauvres du sous-continent, des plus agricoles aussi, des plus violents et corrompus enfin. Des 83 millions d’habitants qui le compose, 55 à 70% vivent sous le seuil de pauvreté (qui en Inde est particulièrement bas) ; 55% sont analphabètes (70% en ce qui concerne les femmes !), la corruption est endémique, et l’Etat central totalement absent si ce n’est pour combattre la rébellion naxalite (guérilla maoïste) qui exprime sporadiquement et maladroitement le malaise social ambiant.

Quelques chiffres sur les écoles au Bihar :

–          47,5% des écoles n’ont ni professeurs ni directeurs réguliers

–          97,4% n’ont pas d’électricité, 73% n’ont pas de murs, 51% pas de toilettes

–          0,5% disposent de matériel informatique (taux le plus bas du pays)


Pertinence du projet

Dans un futur proche le district de Gaya est amené à se développer du fait de sa proximité avec les grands lieux de pèlerinage bouddhistes, que l’Etat entend mettre en valeur dans les années à venir.

Des projets de développement (principalement touristiques) se mettent ainsi en place dans les alentours, et c’est pourquoi un tel projet, centré sur l’éducation, nous paraît particulièrement pertinent.

Il y a grâce à ces nouvelles évolutions, et à condition que l’éducation se développe, de véritables perspectives d’intégration de ces populations aux dynamiques économiques locales, ce qui permettrait aux villageois de ne pas rester une fois de plus à l’écart du « miracle économique indien ». Si les enfants acquièrent quelques bases d’anglais par exemple, ils pourront s’intégrer à l’économie touristique plutôt que de se voir un peu plus marginalisés parce qu’ils représentent la misère et les failles de l’Etat, que les touristes ne sauraient voir.

Par ailleurs, l’Etat central concentre actuellement ses efforts de développement sur les zones les plus défavorisées du pays, où la contestation politique a récemment pris de l’ampleur. Le Bihar fait partie de celles-ci, ce qui inscrit notre projet dans une dynamique globale qui devrait en faciliter la mise en œuvre. L’oreille des institutions locales en particulier devrait se révéler plus attentive à nos demandes.

Publicités

A propos prayasschool

Je suis une école située dans le district de Goya, Etat du Bihar, Inde.
Cet article a été publié dans Local Context, Prayas School ?. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s